LE VOYAGE PAR L'IMAGE

LE VOYAGE PAR L'IMAGE

Ecrivains tunisiens - un aperçu

 

 

 

 

Mosquée

artimage_460619_3648529_201109195349446.jpg

 

 

 

 

 

La littérature tunisienne existe sous deux formes : en langue arabe et en langue française.

 

La littérature arabophone remonte au VIIe siècle.

Elle est plus importante que la littérature en langue française qui suit l’implantation du protectorat français en 1881.

 

Parmi les figures littéraires arabophones, on peut citer  :

 

- Ali Douagi,

- Béchir Khraïef,

- Moncef Ghachem,

- Walid Soliman,

- Habib Selmi

- Mahmoud Messadi  

 

 

La littérature francophone tunisienne ne concerne à proprement parler que le XXe siècle.

 

Elle est alimentée dans un premier temps tant par des auteurs musulmans arabes  :

 

Mahmoud Aslan ou Salah Farhat 


Jacques Vehel,

Vitalis Danon

 

ou César Benattar (italien)

 

 

C’est uniquement grâce aux Français installés en Tunisie que la littérature francophone prend de l’essor. Ils fondèrent une vie littéraire tunisoise en prenant modèle sur la vie littéraire parisienne.

Aujourd’hui, cette littérature se caractérise par son sens critique.

 

 

Par exemple, l’œuvre d’Albert Memmi qui vise à approfondir et à théoriser les notions d’« identité », d’« aliénation », de « dépendance », car il les a d’abord rencontrées en réfléchissant sur lui-même et sur sa situation au monde.

Né à Tunis à l’époque coloniale, dans une famille juive de langue maternelle arabe, formé à l’école et dans la culture française, Albert Memmi s’est trouvé au point de rencontre de toutes ces déterminations hétérogènes qui façonnent l’identité maghrébine moderne.

Il écrit en français.  Il prédisait que la littérature tunisienne était condamnée à mourir jeune.

 

Il se trompait, car quelques écrivains tunisiens percent à l’étranger :

 

  

- Abdelwahab Meddeb

- Tahar Bekri,

Mustapha Tlili,

Hélé Béji

Fawzi Mellah


Les thèmes de l’errance, de l’exil et du déchirement constituent l’axe principal de cette création littéraire. De jeunes voix semblent cependant prendre la relève, à l’instar d’Aymen Hacen, poète, essayiste, traducteur et universitaire, qui, tout en menant une recherche formelle en explorant les possibles de la poésie et de la prose, revendique en français une identité nationale tunisienne, laquelle doit être, pour lui, harmonieuse, polyvalente et universelle.

 

 

 

 

TUNISIE - JERBA - 8  AU 15 MARS 2009 174.jpg

 

 

 

  

Il faut aussi saluer au passage, Messadi Mahmud né en 1911 et mort en 2004, tunisien, agrégé d’arabe dont une pièce "le barrage" fut saluée comme un chef-d’œuvre par le critique égyptien Taha Hussein et fut étudiée par les orientalistes Massignon et Berque.

 

N’oublions pas Habib Selmi, l’un des écrivains tunisiens contemporains les plus connus en Tunisie et à l’étranger. Cet enseignant de littérature arabe à Paris a publié deux recueils de nouvelles et huit romans. Ses premiers livres l’ont été à Beyrouth, au Liban, aux côtés d’écrivains de renommée de Syrie et d’Égypte. «À l’époque, il était impossible de publier chez des éditeurs publics en Tunisie», explique-t-il. Il ajoute: «Je suis allé à Beyrouth qui a été, et est encore, le centre de l’édition en arabe.

 

Parfois dans une librairie, on peut trouver en rayons, un écrivain comme Ali  Becheur avec "le paradis des femmes".

 

  

La littérature tunisienne ne s’étale pas en France. Il faut partir à sa recherche !

 

Un exemple :  qui connaît en France Hélé BEJI  qui s’est distingué avec "l’oeil du jour" en 1986 ?

Agrégée de lettres modernes, elle a enseigné la littérature à lUniversité de Tunis avant de travailler à l’UNESCO en tant que fonctionnaire internationale.

Elle reçoit en 1983 le prix de l’Afrique méditerranéenne de l’Association des écrivains de langue française.

En 1998, elle fonde le Collège international de Tunis qu’elle préside actuellement.

Elle a écrit de nombreux livres et participé à de nombreux ouvrages collectifs. Elle a également rédigé un bon nombre d’articles dans les revues Le Débat et Esprit. En 2008, elle fait partie du jury du prix du Roman arabe.

Savez-vous qu’elle est la fille du ministre Mondher Ben Ammar et la sœur du producteur de cinéma et homme d’affaires Tarak Ben Ammar ainsi que la tante de Yasmine Torjeman-Besson, épouse de l’ex- ministre français chargé de l’Industrie, de l’Énergie et de l’Économie numérique, Éric Besson ?.

Et pourtant qui parle d’elle en France ?

 

 

 

 

 TUNISIE -  8  AU 15 MARS 2009 072.jpg


 

 

 

 

 

 

 

BON VOYAGE VIRTUEL !

 

 

 

 

 

 

 

 

Cliquer sur ce lien pour découvrir :

 

 TUNISIE

 

 

 

 

 

 

 

 



21/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres